Le diocèse d’Inhambane, au Mozambique, a pour objectif de restaurer la forêt de mangroves, autrefois florissante, près de la baie d’Inhambane, à Maxixe.  

Pendant de nombreuses années, les mangroves ont constitué un écosystème dynamique, mais la forêt a décliné à mesure que les arbres étaient coupés pour servir de combustible, de matériaux de construction et pour créer de l’espace pour l’agriculture.  

Toutefois, ce déclin est en train de s’inverser, le diocèse s’étant lancé dans un programme de restauration. Au début de l’année, les membres de l’église ont entamé ce nouveau voyage en plantant 530 semis de palétuviers.  

Leadership, partenariat et rôle vital de la jeunesse  

Les jeunes et les membres de Green Anglicans (anglicans pour la justice environnementale) Micaias Caessa, coordinateur diocésain des anglicans pour la justice environnementale, et par l’Emmanuel Capeta, évêque d’Inhambane et président provincial de la commission sur le changement climatique et l’environnement de l’Igreja Anglicana de Mozambique e Angola (IAMA), dont le leadership et le dévouement à cette cause ont été une source d’inspiration.  

L’Église ne travaille pas de manière isolée, mais s’engage avec d’autres pour avoir un plus grand impact. Le diocèse collabore avec le gouvernement municipal pour la formation et les conseils d’experts. Reconnaissant l’importance de l’implication des communautés pour une véritable restauration, le diocèse a sensibilisé les communautés à l’importance des forêts de mangroves et leur a donné les moyens d’agir.  

L’importance des mangroves 

Souvent méconnues, les mangroves jouent un rôle important dans les écosystèmes de la planète et offrent de nombreux avantages. En voici quelques exemples :  

  • Les mangroves servent de pépinière pour la reproduction de diverses espèces marines ; elles fournissent de la nourriture et protègent les poissons et les crustacés, contribuant ainsi à la sécurité alimentaire des populations locales ;  
  • Les mangroves protègent les communautés côtières des vagues, des ondes de tempête et de l’érosion côtière, car leurs racines stabilisent le sol ; 
  • Les mangroves, avec leurs systèmes racinaires complexes, agissent comme des filtres naturels, purifient l’eau et maintiennent nos océans en bonne santé.  
  • Les mangroves et les zones humides côtières jouent également un rôle important dans la séquestration du carbone, stockant trois à cinq fois plus de carbone par surface équivalente que les forêts tropicales. 

La spiritualité et l’action pratique 

Les activités ont été imprégnées d’un lien spirituel, s’inspirant du Psaume 148 et s’articulant autour de l’eucharistie. Ces moments nous rappellent les profondes synergies qui peuvent exister entre la foi et la gestion de l’environnement.   

Un exemple inspirant pour les autres 

La restauration de la mangrove entreprise par le diocèse d’Inhambane est un exemple de ce qu’est la forêt de la Communion : les églises de la Communion entreprennent des activités de culture d’arbres et de conservation, de protection et de restauration de l’écosystème qui sont choisies localement et appropriées d’un point de vue géographique et environnemental.  

Alors que nous célébrons le succès de la restauration de la mangrove à Inhambane, n’oublions pas que cette réussite est porteuse d’un message profond. Il nous invite tous à reconnaître l’importance de la biodiversité et à nous engager activement dans les efforts de restauration et de préservation de celle-ci.